theatre animalier
(1997-2000)

Des poulets sont mis en scène au sein d’environnements humains ou menant des activités humaines. Un théântre aimalier se dessine ainsi au travers d’un ensemble de vidéo et d’installations.
«Un poulet qui dépèce tranquillement un lapin, une orgie sexuelle et
déroutante entre deux poulets, une maison façon Ikea où ne subsiste que les traces fécales d’une présence animale…
Le vocable animalier de Philippe Charles nous entraîne dans un univers où le grotesque désamorce constamment la violence sous-jacente des images.
Entre malaise et ironie, les vidéo-installations de Philippe Charles ouvre le champ d’une critique politique et sociable acerbe. La métaphore animale ainsi déclinée jusqu’à l’obsession nous renvoie à des problématiques bien humaines. Ne nous y trompons pas, au travers de ces mises en scène violentes et absurdes, l’artiste nous livre sa vision d’une société industrielle et déshumanisée, où l’asservissement et la bestialité sont omniprésents contredisant par la même l’idée d’une utopie sociale (Rouseau), champêtre et bucolique.»
Sandra Patron

animal theatre
(1997-2000)

Chickens are placed in human environments or shown carrying out human activities. An animal theatre is created through this series of video and installation works.
«A chicken slowly cutting a rabbit’s skin, a sexual and confusing orgy
between two chickens, an Ikea-like house where only fecal traces of an animal presence remain… the animal vocabulary by Philippe Charles leads us in a world where the grotesque constantly unlocks the underlying violence of images.
Between discomfort and irony, the video installations by Philippe
Charles opens the field for sharp political and social criticism. The
animal metaphor conjuged to the point of obsession brings us back to typically human problematics. Let us not fool ourselves, thought these violent and absurd scenarii, the artist gives us his vision of an industrial and dehumanized society, where servility and bestiality are ever present, contradicting in this very way the idea of a social, rural and bucolic utopia à la Rousseau.»
Sandra Patron.
(translation: Lindsay Onions)