pieges et intercepteurs
(1997-1998)

Ces installations mettent en avant une apparente fonctionnalité en associant des documents vidéo à des objets-sculptures. L’intention fictive de créer un objet utile qui correspondrait à une pratique particulière de chasse, traduit avant tout un désir d’appréhension du réel. Ces pièges et intercepteurs apparaissent comme les instruments disponibles d’une rencontre fortuite entre une intention et sa cible. La vidéo est utilisée ici de manière critique en tant que médium de communication banalisé, contenant au service de n’importe quel contenu. Les vidéos démontrent l’efficacité de ces objets au moyen de mises en scène basiques, faisant fis de l’ultra-spécialisation de leur conception qui implique la réunion improbable de différents paramètres précis. C’est par leur absurdité que les intercepteurs et les pièges s’affirment en tant qu’objet critique et poétique.

 

traps and interceptors
(1997-1998)

These installations appear functional, associating video with sculptural objects. The fictional intention to create a useful object which could correspond to a particular hunting practice, translates above all a desire to understand what is. These traps and interceptors appear as the available instruments in a lucky encounter between an intention and its target. Here, video is used critically, as a medium of communication which has been rendered banal, a container at the service of any contents. The videos show the effectiveness of these objects in setting basic scenes; basic direction showing the ultra-specialisation used to create them, implying the improbable meeting of different, precise parameters . It is through their absurdity that the interceptors and the traps asserting themselves as critical and poetic objects. (translation: Lindsay Onions)